Les « fous » de la Furka : reconstruire la ligne sommitale et faire circuler un train à vapeur à 2160 mètres d’altitude, par Pierre WEISS

Lors de l’ouverture du tunnel de base de la Furka en 1982, il semblait certain que la ligne passant sous le col, en très mauvais état, serait démantelée. C’était sans compter sur l’opiniâtreté de quelques passionnés convaincus que le spectaculaire trajet sommital pouvait revivre sous la forme d’un chemin de fer touristique à vapeur. Etape par étape et mètre après mètre, celles et ceux qui étaient alors considérés comme « fous » ont surmonté toutes les difficultés, ramenant même des locomotives à vapeur de la jungle vietnamienne, et finalement gagné leur pari. Commencés en été 1986 à Realp (UR), les travaux de reconstruction ont atteint l’autre terminus Oberwald (VS) en été 2010. Dans l’intervalle, les fous ont été pris au sérieux et le chemin de fer à vapeur de la Furka compte désormais parmi les atouts touristiques majeurs de la région du Gothard.
 

Si la reconstruction a marqué les esprits, les difficultés liées à l’exploitation d’un chemin de fer de haute montagne sont moins connues de grand public. Elles sont toutefois tout aussi importantes, à commencer par la neige qui limite la circulation des trains à quatre mois par année.  Entretenir la ligne et son matériel, assurer l’accueil des voyageurs et faire circuler des véhicules historiques représentent chaque jour de nouveaux défis.
 

La conférence vous propose de replacer le chemin de fer dans ses dimensions géographiques, d’en retracer l’histoire mouvementée, son abandon et sa reconstruction. Elle abordera aussi différents aspects de l’exploitation touristique actuelle, sans oublier de rendre hommages aux milliers de bénévoles qui se sont engagés et s’engagent encore pour faire vivre ce patrimoine industriel et touristique dans un environnement exceptionnel.   

 

date: 
Lundi, 8 janvier, 2018 - 19:00